Conférence de Patrick Leboutte : vu d’en bas - Parlons d’images

Partagez : Facebook Twitter

Date : mardi 29 janvier 2013, à partir de 18h30
Lieu : cinéma de la Cité, salle Nemo (60, avenue de Cognac à Angoulême)
Public : étudiants et professionnels de l’Image
Entrée libre à la conférence suivie d’une projection (tarif 3,50 €)
Inscription : coddos@magelis.org ou au 05 45 38 51 58
 
Soirée proposée par le Pôle Image Magelis, le Pôle régional d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel, le Centre Départemental de Documentation Pédagogique de la Charente, la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, le CREADOC et l’EMCA.

"Régulièrement on nous propose de regarder la terre vue du ciel, autrement dit du point de vue des marchands : calendrier des postes, Google Map, Home ou ses produits dérivés évidemment vendus par Yann-Arthus Bertrand, soit tout un archivage numérique, un quadrillage satellitaire du monde. Il faut se méfier de ceux qui affirment prendre de la hauteur et se séparent ainsi de leurs semblables. Leur envol suppose des moyens que nous ne possédons pas : un bar-fumoir dans la nacelle, le financement d’une grande banque, l’approbation des puissants. Depuis toujours, le geste documentaire contredit leurs façons, préférant travailler l’ici-bas en demeurant les pieds sur terre […]" 


Patrick Leboutte, critique itinérant, essayiste et marcheur, est enseignant à l’Insas de Bruxelles ainsi qu’à l’Académie des Beaux-arts de Liège. Il dirige la collection "Le geste cinématographique" aux éditions Montparnasse et conçoit régulièrement des programmations, animant de nombreux séminaires dans l’esprit de la revue "l’image, le monde" dont il fut le fondateur et le rédacteur en chef.

La conférence sera suivie d’un cocktail puis de la projection du documentaire "Le Plein pays" d’Antoine Boutet et d’un débat.

Depuis trente ans, Jean-Marie vit en reclus dans une forêt du centre de la France. Il creuse en solitaire de profondes galeries souterraines dont il orne les parois de gravures primitives. Elles doivent résister à la catastrophe planétaire annoncée et guider par leurs messages clairvoyants les éventuels survivants.

Le film raconte cette expérience en marge de la société moderne, affectée par la misère humaine et la perte définitive d’un monde parfait.