Festival du Film Francophone d'Angoulême

Partagez : Facebook Twitter

La 4e édition du Festival du Film Francophone d'Angoulême s’est achevée ce dimanche 28 août avec "Les Hommes libres" d’Ismaël Ferroukhi. Projeté en film de clôture, ce film a contribué au succès de la manifestation, placé sous le signe de la fraternité entre les peuples.

Dans le même esprit, le cinéma tunisien a bénéficié d’un traitement particulier avec la diffusion de plusieurs classiques du genre. L’hommage rendu au cinéaste Nouri Bouzid, présent en tant que membre du jury, aura permis de découvrir à quel point la liberté d’expression et de création est grande. Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture, a, d’ailleurs, rencontré personnellement l’ensemble de la délégation tunisienne pour leur manifester son soutien dans la mise en œuvre d’une nouvelle constitution.


Le choix exigeant des délégués généraux d'assurer une programmation montrant la diversité et le dynamisme du cinéma francophone aura attiré encore plus de cinéphiles que l’an passé, plaçant, ainsi, l’événement comme incontournable dans l’agenda des professionnels de l’Image pour rencontrer leur public.


Une cérémonie accompagnée musicalement par l’artiste compositeur Alex Beaupain qui a offert aux festivaliers, en exclusivité, des extraits de la bande originale du film "Les Bien-Aimés", de Christophe Honoré, tout juste sorti en salle.


Retour sur le palmarès :

Deuxième long-métrage de Valérie Donzelli, "La guerre est déclarée" remporte le Valois du meilleur film. Co-scénariste avec Jérémie Elkaïm, les deux comédiens interprètent des rôles poignants dont l’histoire est inspirée de leur vie personnelle. Lors de la remise des prix, le président du jury, Vincent Perez, a déclaré que c’était à l’unanimité que cette distinction avait été attribuée.


Le festival a consacré Pierre Schoeller, en lui remettant le Valois de la mise en scène pour "L'Exercice de l'État". Le dernier film de Vincent Garenq, "Présumé coupable" est doublement récompensé. Il reçoit le Valois du public, et Philippe Torreton, qui joue le rôle de Alain Marécaux, l'une des victimes de l'affaire d'Outreau, est récompensé pour sa performance d’acteur.


Côté comédienne, ex-æqo entre Nadine Labaki dans "Balle perdue", de Georges Hachem et Madeleine Peloquin dans "Pour l'amour de dieu", de Micheline Lanctot, pour le Valois de la meilleure actrice.

Les étudiants du Campus de l’Image ont discerné "Pour l'amour de dieu", de Micheline Lanctot, et le Valois René Laloux du court métrage d'animation a été remporté par Pierre Ducos et Bertrand Bey pour "La Détente".


Face au succès grandissant de la manifestation, le Président du Pôle Image Magelis, Robert Richard, a affirmé sa volonté d’accompagner le festival et de soutenir financièrement la mise en place d’une 5e édition.